critiquerestpascritiquer

Critiquer n'est pas critiquer

Samedi 25 septembre 2010 à 19:27

Inception *****
Coup de coeur

Réalisateur: Christopher Nolan
Avec: Leonardo Di Caprio, Marion Cotillard, Elen Page, Cillian Murphy, Ken Watanabe...
Genre: Science-Fiction

Résumé: Dom Cobb est un voleur qui est très convoité dans le milieu de l'espionnage industriel. Il rentre en effet littéralement dans les rêves de ses victimes pour récupérer une information confidentielle à sa source. Mais ce métier est à risque, et Dom est recherché à travers le monde. Or, quelqu'un lui propos un contrat particulier: il pourra retourner vers sa famille si il arrive à insérer une idée au lieu de la dérober...


J'attendais beaucoup du dernier film de Christopher Nolan. En effet, après un premier film à l'histoire incroyablement déconstruite (Memento), le reboot de la franchise Batman noircie et plus adulte, et Le Prestige, on ne pouvait qu'attendre un nouveau chef d'oeuvre du réalisateur virtuose. Qui plus est un film ayant pour thématique le rêve, donc une possibilité de révolutionner les codes de physique et d'intrigue.

Parlons en de l'histoire: j'y ai longuement repensé, même bien après la projection. C'est bel et bien le genre de scénario à hanter et changer une personne. Certains l'on jugée trop complexe, trop torturée, trop déstructurée. The Expendables les attends. L'histoire est à mon avis parfaite comme elle est, même si le début s'avère assez aride pour le spectateur. Mais tout les codes de cet univers si particulier, et en même temps très proches des précédentes réalisation de Nolan sont révélés, et on se prend vite au jeu de ces rêves enchassés et du spectre de la femme de Cobb. Celle-ci (Marion Cotillard) joue un rôle prépondérant dans l'histoire, amenant une dimension d'abord mélancolique puis littéralement tragique à l'histoire, en plus de cette histoire d'Inception, l'introduction d'une idée nouvelle dans l'esprit de quelqu'un, sans qu'il ne s'imagine que celle-ci provienne de quelqu'un d'autre.

Comme dis précédemment, le rêve est un fantastique terrain de jeu pour un réalisateur imaginatif, et Nolan en fais bien évidemment parti. Le film nous réserve une des plus impressionantes scènes de cinéma actuel à travers la métamorphose de Paris, lors d'essais de manipulation de l'environnement.
La vision totale du film, ces scènes parisiennes, les séquences de gravité divergentes ont provoqué chez moi le même effet jouissif que la première vision de Matrix, mais en beaucoup plus réfléchi à mon avis. 

Pour résumer, je considère Inception comme une petite révolution dans le cinéma Hollywoodien, surtout comparé aux films au budget similaire sortis en même temps, et confirme ce que l'on présageait. Voir du Nolan, c'est plonger dans un univers fascinant. Je le recommande donc à tout le monde, l'essentiel étant d'adhérer au concept du film pour en apprécier sa teneur. Pour finir, petit apparté sur Di Caprio, qui semble chercher la difficulté dans des rôles de plus en plus intéressants (Les Infiltrés - Shutter Island et maintenant Inception). A voir et revoir et rêver !

http://critiquerestpascritiquer.cowblog.fr/images/afficheinceptionfilm.jpg


 
 

Jeudi 2 septembre 2010 à 10:30

Splice ***

Réalisateur: Vincenzo Natali
Avec: Adrien Brody, Sarah Polley, Delphine Chaneac
Genre: Science-Fiction, Fantastique

Résumé: Clive et Elsa sont un couple travaillant dans un laboratoire, où ils réussissent à créer de nouvelles formes de vie en combinant l'ADN de plusieurs espèces animales. Mais un jour, le pas est franchi: ils combinent cet ADN hybride à de l'ADN humain.

Vincenzo Natali est le réalisateur de Cube, film culte pour la communauté Science-Fiction. Il avait réussi à l'époque à faire naître la tension et la peur d'un décor unique. Chef d'oeuvre du genre, notamment grâce à son minimalisme, à l'opposé des grandes pompes attribuées d'ordinaire au genre. Après un Cypher qui ne marcha pas commercialement et un Nothing qui passa presque inaperçu, il est inutile de dire que Splice, le grand retour de Natali était attendu. A juste titre ?

La première chose qui marque est la qualité des effets spéciaux, d'un réalisme assez bluffant, surtout le travail qui a été fait sur l'actrice Delphine Chaneac, qui fût intégralement modifiée par informatique. Mais le film ne se repose pas uniquement sur ces effets, et je trouve même qu'il n'est que très rarement spectaculaire. Là où Cube s'interrogeait sur les micro-sociétés et la paranoïa, Splice s'interroge sur la parenté, l'acte de création et d'autres questions bien plus obscures. En effet, sur le plan comportemental, le film se déroule en deux parties: Elsa protégeant la créature qu'elle à crée, puis se désintéressant d'elle au fur et à mesure de son humanisation, et Clive tombant progressivement amoureux d'elle. Les questions de l'inceste, de l'infanticide sont alors sous-jacente dans ce film où l'ambiance est presque constamment oppressante.  Et c'est bien là le problème, selon moi, du film: le triangle amoureux dégénéré est à peu près son seul intérêt. Le film nous tient en haleine grâce à cette relation étrange. Or, la fin du film provoque un retournement de situation, et le récit part dans l'horreur pure, et en perd toute cette ambiance clinique et sinistre qu'il avait jusqu'à présent. 

Je ne dirais pas que c'est un mauvais film, c'est même de loin un des meilleurs films de science-fiction sortit actuellement. Malheureusement, je trouve que ce bouleversement final le fragilise réellement, au point d'avoir une impression de déception à la sortie, d'autant plus que la dernière minute laisse à présager une hypothétique suite.
A voir quand même pour la psychologie très développée des personnages, et l'ambiance avant le retournement.


http://critiquerestpascritiquer.cowblog.fr/images/SplicelefilmAdrienBrodyposterAfficheFinaleUSA662x1000.jpg
 
 
 

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast